“C’est un Tiki protecteur.”

“En 2015, je vais rendre visite à des amis en Nouvelle Calédonie et lors du soirée un peu arrosée, je me fais tatouer un Tiki protecteur j’y appose mon prénom en coréen.

Je l’ai voulu petit pour être discret, puis quelques années après, je décide l’habiller. Je rencontre Loïc qui va me proposer un projet autour de motifs qui restent, entre autres, dans le style polynésien,

On y voit des représentations de corps de métiers : le défensif avec les lances, l’agriculture avec les céréales, la pêche avec les vagues…

On y voit aussi un mendala Indien, il est celui que l’on dessine à l’entrée des temples lors de cérémonies religieuses. C’est aussi un souvenir à mon expérience d’expatrié dans ce pays.”