“J’ai été dévasté, j’ai perdu beaucoup de repères.”

“L’histoire de mon tatouage n’est pas joyeuse car elle commence par le décès de ma mère. Un jour on apprend qu’elle est malade, elle partira après seulement un mois.

J’ai été dévasté, j’ai perdu beaucoup de repères. Nous voyagions beaucoup ensemble, alors pour débuter mon deuil, je choisis une destination que nous n’avons jamais partagé ensemble, évitant ainsi la remontée de souvenirs douloureux.

Pendant ce voyage, je ressens comme une absolue nécessité de me faire tatouer. Ce tribal est une pièce unique qui n’a pour moi, d’autres signification que de marquer le début d’un changement.

Je mettrais deux ans à finaliser l’acceptation de son décès. Chaque jour je vois mon tatouage, je pense à elle, à nos instants passés ensemble.”